Historique

En arrivant en Estrie en mai 2005,  j’ai loué par hasard cette maison centenaire qui était à l’époque divisée en deux logements. J’occupais la plus ancienne partie et arrivais dans la région à cause d’une école et d’une pédagogie que je désirais pour mes enfants. L’école Des enfants de la Terre (pédagogie Waldorf de Rudolf Steiner), située à Waterville, donc pas très loin.

J’arrivais de Val David dans les Laurentides où la vie de village était animée et offrait beaucoup d’activités culturelles. Je sentais qu’à la campagne en Estrie ce serait différent. Il ne semblait pas y avoir de cafés ouverts tard le soir, je n’entendais pas de musique, les quelques villages que j’avais traversés était endormis assez tôt en soirée. J’ai alors pensé que j’ouvrirais ce lieu chez moi car autrement, il me manquerait!

Deux ans plus tard, j’ai fait la rencontre de Francis Marcoux, guitariste et compositeur donc musicien, comme moi. Le projet lui a plu et après l’achat de la maison en décembre 2007, les travaux ont commencé. Grâce au talent de  Francis dans tous les domaines de la construction, mais grâce aussi à l’aide financière de mon père Frédéric, ma mère Thérèse et le père de mes enfants, Maxime Lévesque, la maison est devenue peu à peu une auberge, café, restaurant. Le tout au service des arts, car le but était de faire vivre la musique et les arts visuels. L’idée était aussi de créer un lieu de rassemblement autour des arts. Dès l’ouverture vers la fin juin 2008 nous avons constaté que La Caravane semblait répondre à un besoin puisque les gens des environs s’y rassemblaient presque seulement par le bouche à oreille.